. .

 | 
 

 leon n 1

   
harry
Admin
avatar

: 13
: 28
: 21/03/2007

: leon n 1    01, 2007 6:01 am

rendeer [/url]
COURS N1
I- LES DIFFERENTES ECOLES DE PENSEE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION DE L'ENTREPRISE
Les sciences de la gestion de l'entreprise ne se sont pas dveloppes de faon linaire. Comme tous les domaines qui intgrent les sciences humaines, la gestion a volu selon un "enveloppement" perptuel des coles et des thories les unes par rapport aux autres.
Chaque mouvement s'est dvelopp en raction contre celui qui le prcdait, non sans en intgrer quelque partie.

A. L'cole classique
1. Concept "scalaire" :
l'entreprise est aborde comme tant un ensemble de classes ou chelons rangs en squences : principe hirarchique selon lequel l'autorit descend du sommet vers la base.
2. Principe de l'unit de commandement :
nonc par Fayol, dnonc par
Taylor (pour lequel chaque ouvrier obira 8 chefs "fonctionnels") cause de l'impossibilit de trouver un suprieur "universel".
Pour pallier cet inconvnient, on a propos une structure "staff and line" qui reprsente un compromis entre l'approche de
FAYOL et celle de TAYLOR (RIMAILHO, "L'Organisation la Franaise, 1936).
3. Principe d'exception
Selon ce principe, les tches routinires doivent tre remplies par des subordonns et les tches exceptionnelles confies au suprieur hirarchique.
4. L'ventail de subordination :
Principe repris de l'organisation de l'arme romaine dans laquelle on comptait un chef pour dix soldats. DAVIS fait toutefois une distinction entre activits physiques (ventail de 1 responsable pour 10 30 ouvriers) et activits "intellectuelles" (ventail de 3 Cool.
5. Principe de la "spcialisation organisationnelle"
appliqu par
TAYLOR l'organisation des postes de travail. (voir le "Fordisme").
FAYOL s'est gard d'une trop grande spcialisation : ncessit d'une polyvalence des fonctions lorsque l'on s'lve dans la hirarchie.
Fayol Fayol Fayol recherche Google Max Weber

B. L'cole des sciences humaines
Echec des thories classiques au comportement de groupe.
Exprience de la Western Electric (
ELTON MAYO).

1. La dcision est dcentralise,
2. L'tude porte sur des groupes et non sur des individus,
3. La force d'intgration repose sur la confiance plutt que sur l'autorit,
4. Le superviseur est un agent de communication inter et intra-groupe plutt que le reprsentant de l'autorit.
5. L'accent porte davantage sur la responsabilit que sur le contrle extrieur.
Elton Mayo Elton Mayo La fonction R.H. Chronologie des ressources humaines et des comptences La motivation au travail : tour d'horizon des grandes thories

C. Le mouvement mathmatique
1 Etudes limites aux domaines totalement formalisables de l'entreprise (gestion de la production, stocks, approvisionnements...)
Conviction qu'un jour tout serait quantifiable (rle de l'ordinateur).
2 Polarisation technologique
Pas de principes de dcision, de rgles normatives permettant au manager de raliser une synthse des informations et de diriger.

D. L'cole des systmes sociaux
Se propose d'tudier les facteurs psycho-sociologiques et dcisionnels afin de les ajuster l'un l'autre pour que l'activit de l'entreprise rponde aux objectifs qu'elle s'est fixs.
L'entreprise est viable aussi longtemps qu'elle procure suffisamment de satisfaction ses membres.
L'Ecole des Systmes Sociaux s'attache plus particulirement aux relations entre les groupes. Les conflits ne naissent pas forcment de "mauvaises relations humaines", de frustrations et d'incompatibilits entre les objectifs de l'organisation. Les conflits les plus dangereux, les plus difficiles rsoudre sont ds des diffrences dans la perception de l'environnement (problme des rapports entre les diffrents services d'une entreprise).

E. L'cole no-classique ou mouvement empirique
Raction contre le divorce entre la pratique et la thorie, entre le chef d'entreprise et le spcialiste de l'organisation.
Chefs d'entreprise SLOAN (jadis prsident General Motors) mais aussi professeurs (DALE, CHANDLER, O. GELINIER, DRUCKER).

Principes de base :
1 Maximisation du profit
2 Dcentralisation des responsabilits et dcisions
3 Elargissement de l'ventail de subordination
4 Direction par Objectifs
5 Contrle par exception (sur rsultats : contrle si les rsultats sont mauvais)
6 La motivation par la comptitivit :
Mesure objective des rsultats pour apprcier les efforts individuels et susciter un esprit de comptitivit.

F. La thorie gnrale des systmes
Un systme est un ensemble d'lments en inter-relation pour la poursuite d'un objectif commun.
Le systme comprend un ou des rgulateurs permettant au systme de s'auto-entretenir (chauffage central et thermostat, systme respiratoire, automobile, ....).
La thorie des systmes tudie les interconnections entre la comptabilit, la production, le marketing, la finance, les relations humaines et l'conomie de l'entreprise qui ne sont plus dsormais envisags comme des doctrines spares, mais intgres un seul systme.

Systme ferm agent rationnel - 1900 : Max Weber sociologue allemand. La bureaucratie (l'ordre rgi par la rgle) est la forme la plus efficace de l'organisation humaineFrdrick TaylorMise en application des thories de Weber et tudes sur le temps et le mouvement. L'cole de pense Weber-Taylor estimait pouvoir rsoudre les problmes de gestion de groupes important d'individus en prnant la dcomposition des tches, un contrle troit, la cohrence de l'autorit et des responsabilits.

Systmeferm agent s o c i a l - 1930 - 1960 : Elton Mayo, Psychologue Harvard.Etude des conditions de travail sur la productivit la Western Electric dbouchant sur la constatation que "prter attention aux gens augmente leur productivit" !

Douglas Mac Grgor
Les thories auxquelles adhre la direction en matire de gestion de ses ressources dterminent toute la personnalit de l'entreprise.

Thorie X : hypothse de la "mdiocrit des masses"
1- l'individu moyen a une aversion inne pour le travail et il fait tout pour l'viter.
2- Les gens ont donc besoin d'tre contraints, dirigs, contrls, menacs de sanctions pour qu'il satisfasse aux objectifs de l'entreprise.
3- L'individu type aime se sentir dirig, veut viter les responsabilits, a relativement peu d'ambition et recherche avant tout la scurit.

Thorie Y : hypothse du "terrain fertile"
1- L'effort physique et mental dploy dans le travail est tout aussi naturel que celui dpens dans le jeu ou le repos.
2- Le contrle extrieur et la menace de sanctions ne sont pas les seuls moyens pour obtenir l'effort ncessaire la ralisation des objectifs de l'entreprise.
3- On s'investit dans la mesure o les rsultats sont rcompenss; la plus grande de ces rcompenses tant la satisfaction de l'go.
4- L'individu moyen apprend, dans les conditions voulues, non seulement accepter, mais rechercher la prise de responsabilits.
5- La capacit de dployer des qualits relativement dveloppes d'imagination, d'ingniosit et de crativit dans la solution des problmes d'organisation n'est par rare, mais au contraire largement rpandue.
    
    http://newtimes2.keuf.net
strong man

avatar

: 27
: 22/03/2007

: : leon n 1    01, 2007 6:03 am

thanks
    
 
leon n 1
    
1 1

:
 :: les matieres d'conomie :: la comptabilit-